Emission du 09/01/08

frequencek

QUAND LE BARRIO RENCONTRE LE SOLAR
Tous les mercredis, de 22h00 à minuit, 103.4 FM (Côte d’Azur)

Hola mi gente !

Cette semaine, vous avez eu droit à un portrait d’un jeune prodige de la musique cubaine, Tirso Duarte. Né à La Havane en 1978 (quelle belle année 😉 ), Tirso Duarte est un chanteur, compositeur, pianiste et arrangeur cubain. Après ses études à l’Amadeo Roldán Conservatorium, il a rejoint le groupe de Pachito Alonso où il joue du clavier. D’ailleurs, nous avons pu écouter un des morceaux de Pachito Alonso les plus célèbres, Chequendengue, véritable appel à la danse, où l’on retrouve Tirso aux claviers.

A l’été 1998, au moment de la fameuse divison de La Charanga Habanera en 2 entités (Charanga Habanera et Charanga Forever), David Calzado lui propose de rejoindre La Charanga Habanera en tant que pianiste et collaborateur créatif principal. Tirso saute sur l’occasion. Pour la nouvelle Charanga Habanera, Tirso joue, arrange, chante, et compose quelques célèbres morceaux, dont le fantastique Charanguero Mayor, que nous avons écouté ensemble mercredi, un morceau classé 5ème sur le vote Timba.com du meilleur morceau de timba de tous les temps. Il suffit en effet d’écouter les tumbaos de piano et basse sur l’album Charanguero Mayor pour avoir une idée de l’originalité et du talent de Tirso.

Tirso quitte La Charanga Habanera en Janvier 2001, et après une brève période chez NG la Banda, il devient un membre fondateur du groupe de Cesar Pupy Pedroso, Los que son son. Il y chante avec talent de nombreux titres : La voluminosa, el gato amaga y no araña, Te molesta que sea feliz, etc. Il interprète également La Bomba Soy Yo, un titre composé par Pupy alors qu’il faisait encore partie du plus grand groupe cubain, Los Van Van. Ce morceau, interprété magistralement par Mayito Rivera pour Los Van Van, est tout aussi sublime dans sa version Tirso Duarte. Il devient un titre phare du groupe lors de ses concerts.

A l’été 2003, Tirso quitte Los que son son pour former son propre groupe. Sur son premier album, Si la vida te dice baila, la direction musicale est co-signée Maikel Blanco, un ami proche de Tirso, aussi le timbalero de l’album. Tirso participe de son côté également à l’album Ya llegaron los cubanos de la première formation de Maikel Blanco, Maikel Blanco y Suprema Ley.

Tirso Duarte participe ensuite au nouveau projet de Wim Wenders, réalisateur multiprimé pour son documentaire musical Buena Vista Social Club. Ce projet s‘appelle Musica Cubana, et nous plonge au cœur de la musique cubaine, en dressant le portrait des descendants du légendaire Buena Vista Social Club. On peut suivre en effet la destinée de jeunes talents cubains guidés par le légendaire Pío Leiva, musicien chanteur du fameux Buena Vista Social Club. A 87 ans, accompagné du chauffeur de taxi-manager-producteur Barbaro, il sillonne La Havane à la recherche des meilleurs musiciens d’aujourd’hui. De répétitions en enregistrements, ils rencontrent des artistes parmi les plus célèbres de Cuba, dont Mayito Rivera, El Nene (le chanteur du groupe Los Jovenes Clasicos del Son), Samuell Formell (fils de Juan Formell de Los Van Van), et donc Tirso Duarte. De cette aventure naîtra un groupe, The Sons of Cuba, une nouvelle génération de chanteurs et musiciens cubains, qui se produit pour la première fois à Tokyo pour un grand concert. De cet événement, nous avonc pu écouter le titre La Luna, interprété alors par Tirso Duarte.

Tirso participe ensuite à de nombreux projets et il est omniprésent sur la scène cubaine. Il interprète 2 morceaux sur l’album Sigo siendo un Van Van de l’ancien flûtiste de Los Van Van, Orlando Canto. En 2006, Tirso sort son deuxième album, Timba Cubana. Il fait également partie d’un projet réunissant 4 grosses pointures de la musique cubaine actuelle. On le retrouve donc aux côtés d’Armando ‘Mandy’ Cantero (ex Charanga Forever, chanteur de Pupy y los que son son), Michel Maza Marquez (ex Charanga Habanera, l’enfant terrible de la timba) et Pedro Pablo Gutierrez (bassiste, ex Charanga Habanera). La formation s’appelle Los Ases de la Timba (les as de la timba). L’album Aqui estan los Ases fait un carton. Cette année là, Tirso est également présent sur l’album de La Charanga Forever, Somos Charangueros.

En 2007, on retrouve Tirso sur un projet commun avec le chanteur de La Charanga Forever, Michel Perez. L’album s’appelle Pan con Chocolate. Et, à la toute fin de l’année, il sort son troisième album, Fin del Juego, sur lequel on retrouve de nouveau des arrangements sublimes, avec notamment le morceau El Asesino, que nous avons écouté ensemble mercredi, et qui s’annonce comme un tube.

Côté nouveautés cette semaine, nous vous avons fait découvrir un extrait du dernier album d’Elio Revé Jr y Su Charangon, Fresquecito.com, sur l’album Fresquecito, sans doute l’un des meilleurs albums de salsa cubaine sorti en 2007. Elio Revé sera en concert le 22 Janvier à Montpellier, et cela vaut le déplacement !

Nous avons également retrouvé la chanteuse cubaine à succès Gloria Estefan, dans un registre différent de ce dont on avait l’habitude, avec le titre 90 Millas, contenant des arrangements afro-cubains. C’est un extrait de son dernier album du même nom.

Vous avez pu entendre une version de la célèbre chanson folklorique en hébreu Hava Nageela, interprétée par Celia Cruz. Côté sud américain, nous avons passé un extrait du dernier album de l’orchestre colombien La 33, Bye Bye, mais aussi le splendide morceau La Lucha du groupe vénézuélien La excelencia, qui porte vraiment bien son nom (Parental Advisory : SALSA DURA !!).

Que s’est-il passé du côté de New-York ce mercredi ? Eh bien, vous avez pu découvrir un nouvel extrait du dernier album du Spanish Harlem Orchestra, United we swing. Le morceau, Salsa pa’l bailador, porte bien son nom tant il incite à se ruer sur la piste de danse dès ses premières notes. Un excellent album de cette formation de salsa dura, créée en 2000 par Aaron Levinson et Oscar Hernandez, qui se dédie à la renaissance de la salsa telle qu’elle se pratiquait à ses origines dans le Spanish Harlem. Contrairement à la salsa actuelle qui met en avant des chanteurs vedettes, le SHO, comme on l’appelle, privilégie des soloistes comme le tromboniste Jimmy Bosch, le trompettiste Raul Agraz, ou encore le bongocero Bobby Allende. On ne délaisse tout de même pas le chant puisque c’est Ray de la Paz, Willie Torres et Oscar Hernandez qui illuminent cet album de leurs voix sublimes.

Enfin, nous avons écouté deux fabuleux titres d’Eddie Palmieri, Mi verdad, et Que lo que te conviene, ce dernier interprété par Ismael Quintana. Eddie Palmieri, né le 15 décembre 1936 dans le sud du Bronx (New York) de parents portoricains, est un célèbre pianiste, compositeur, arrangeur, producteur et leader de groupes de musique latine. Il est le frère de Charlie Palmieri, considéré plutôt comme un artiste de jazz. Eddie Palmieri a commencé à jouer du piano à l’âge de huit ans. Il a aussi joué des timbales. Au cours de sa carrière, il a produit une large variété de musique d’avant-garde. Il est très habile dans des styles aussi divers que la rumba, le jazz et la salsa, ainsi que les styles populaires qu’il a créés, sa maîtrise du piano aidant !

On se quitte là dessus et on se retrouve à l’antenne mercredi prochain !

Merci à vous de nous écouter et de faire vivre votre émission salsa, la seule de la Côte d’Azur !

DJs Constantin, Leonel & Max

[web radio]* player

Pour laisser un message / To leave a message

Timba Para Siempre à distance

Pour écouter votre webradio préférée depuis votre smartphone, tablette, ou baladeur, rien de plus simple :

[*] Timba PS, Radionomy ou Radioline sur l'App Store
                   

[*] Timba PS, Radionomy ou Radioline sur Google Play
                  

Boutique Timba Para Siempre

Windows Media Player

Pour les utilisateurs de Windows Media, il est également possible d'écouter Timba Para Siempre via le Windows Media Guide. Ca se passe là!

Et pour télécharger le Windows Media Player, cliquer sur l'image !
Get Windows Media Player

Twitter

Facebook